La bande à Rosa

Chanter mais pour quoi faire ?

Contrairement à ce que déclara un jour Gainsbour, la chanson n’est pas un art mineur. Bien au contraire : elle serait plutôt un art essentiel, un " art premier ", si l’on s’en tient à sa durée de vie et à sa portée de pénétration dans les différentes couches sociales, de tous âges. Aucun autre art ne possède une telle force de diffusion. Une chanson touche tout le monde, et ce, quels que soient les pays et les continents. Le pouvoir d’une chanson est démultiplié par son inégalable don d’ubiquuïté ; car une chanson peut être partout à la fois, au même moment, écoutée simultanément par une multitude d’auditeurs très différents les uns des autres, et en divers endroits du monde.

Si la chanson est souvent taxée de légèreté, elle peut, malgré son insignifiance apparente, s’avérer étonnament subversive pour les gouvernements en place et représenter pour eux un véritable brûlot, une arme pacifique redoutable. En temps de guerre combien de chanson furent interdites sur les ondes pour ne pas créer de polémique et éviter de réveiller la conscience des peuples ?

Extraits du "Dictionnaire des chansons politiques et engagées"

par Christianne Passevant et Larry Portis

Association La Bande à Rosa
contact : Sandra Giraudet
sandra.giraudet fcvnet.net